L' Histoire du comptage des cartes au Blackjack

Le Blackjack est l’un des seuls jeux de casino au monde à pouvoir être maitrisé scientifiquement par certains joueurs. Heureusement pour les casinos, les systèmes qui permettent de battre le Blackjack ne sont pas à la portée du premier joueur venu, puisqu'ils nécessitent de compter les cartes qui sortent du sabot. Procédés qui ne sont pas vraiment compliqués en soi, mais qui requièrent un apprentissage et un entraînement si longs pour être parfaitement maîtrisés qu'ils rebutent 99% des amateurs du jeu.

Les premiers principes théoriques

Le principe de comptage des cartes au Blackjack est abordé pour la première fois dans les années 50 aux Etats-Unis, où la description d'une méthode de jeu mathématique est donnée par Baldwin, Cantey, Maisel et Mc Dermott dans le « Journal of the American Statistical Association ». Il s'agit alors d'une approche purement théorique présentée par ce magazine, fort sérieux au demeurant, comme une application amusante du calcul probabiliste conjugué à la statistique.

Tout cela reste cependant fort confidentiel dans la mesure où cet organe de presse s'adresse essentiellement à un lectorat très spécialisé composé d'actuaires et de statisticiens. Ce n'est que cinq ans plus tard, en 1962, que cette théorie arrive dans le domaine public avec la première édition de « Beat the Dealer » (battre le croupier) écrit par le Docteur Edouard O. Thorp, professeur de mathématique et éminent probabiliste.

Edward Thorp

Edward Thorp

En 1959, Edward Thorp était un jeune scientifique exceptionnellement doué qui s'apprêté à entrer au prestigieux institut de technologie du Massachusetts MIT. Il excellait en physique en chimie et en toutes disciplines touchant aux mathématiques. Edward Thorp décida de se faire la main au Blackjack comme un simple exercice académique, mais il ne voulait pas se lancer sans préparations. Il consulta donc divers journaux scientifiques, et découvrit dans une obscure publication, l'article du mathématicien Baldwin, qui était le premier à décrire une stratégie du Blackjack. Il démontrait qu'à long terme les chances de perdre ne dépassées pas 0,6%.

Cette stratégie de base ne permettait pas de gagner, mais offrait simplement au joueur un ensemble de procédés lui évitant de perdre trop rapidement. Mais Thorp pensait qu'il pouvait faire mieux, parce qu'il avait compris que le Blackjack n'était pas un jeu comme les autres. Les probabilités se présentaient différemment de tous les autres jeux.

Au Blackjack, vous jouez contre le croupier, et pour gagner vous devez vous approcher le plus possible de la valeur 21, sans la dépasser sinon vous perdez ou sautez.

Dans la plupart des jeux de casino, après chaque partie, les cartes sont remisent en jeu pour être réutilisées dans la partie suivante. Mais au Blackjack, les cartes utilisées sont mises de côté, éliminées. Ce qui veut dire que les chances d'obtenir des cartes gagnantes évoluent à mesure que le jeu progresse et que les cartes restant dans le sabot diminuent.

De retour au MIT, Edward Thorp compris qu'il pouvait tirer avantage du fait que les chances variaient d'une partie à l'autre et améliorer la stratégie de base découverte dans la revue scientifique.

> La suite avec la création du compte High-Low de Thorp.

Scroll to Top