Règles du Blackjack

Le Blackjack est un jeu de carte dont le but du jeu consiste à réaliser 21 points avec ses deux premières cartes. S'il n'y arrive pas, le joueur a la faculté de demander une ou plusieurs cartes supplémentaires de manière à s'approcher le plus possible du score idéal de 21 points. Mais s'il dépasse 21, il « crève le plafond » et perd la partie. Le joueur gagne chaque fois que le total de ses points est supérieur au total des points réalisé par le croupier.

Valeurs des cartes

Le Blackjack se joue jusqu'à 8 jeux de 52 cartes (3 d'une couleur et 3 d'une autre). L'As vaut soit 1, soit 11 points (selon le choix du joueur), les figures valent 10 points et les autres cartes le nombre de points équivalent à leur valeur faciale.

Nombre de joueurs

Le nombre de joueurs assis, seuls susceptibles de prendre une part active au jeu, correspond au nombre d'emplacements (« box ») marqués sur le tapis pour le dépôt des mises. Il est dans la plupart des cas de 7. Si des places assises ne sont pas occupées, un même joueur peut miser sur plusieurs emplacements vacants avec l'accord du croupier et selon les règles de l'établissement. D'ordinaire on autorise qu'un même joueur mise sur trois emplacements, rarement plus. Des joueurs debout peuvent également miser dans les box des joueurs assis, avec l'accord de ce dernier. Toutefois, ils ne peuvent en aucun cas lui donner des instructions ou conseil et subissent donc ses initiatives.

Les mises

Selon les casinos, la mise minimale est de 10€, toujours selon l'appréciation des exploitants, la mise maximale peut être de 50, de 100 ou de 200 fois la mise minimale. En général, c'est 50 fois.

Déroulement du jeu

Table de Blackjack

Lorsque toutes les mises ont été déposées dans les box, le croupier distribue une carte (figure en dessus) à chaque joueur en commençant par sa gauche et en allant dans le sens des aiguilles d'une montre. A l'issue de ce tour, il se donne une carte, puis distribue une seconde carte, toujours dans le même ordre, à chaque joueur. Le croupier demande alors à chaque joueur, toujours en commençant par sa gauche, s'il désire ou non une première carte supplémentaire.

Admettons, par exemple, qu'un joueur ait un 6 et un 7 (soit 13 points), le croupier lui demande : « carte à 13 ? ». Le joueur doit prendre instantanément sa décision en répondant : « carte » ou « pas de carte ». Le joueur reçoit autant de cartes qu'il le désire pour autant qu'il ne dépasse pas 21, auquel cas il a perdu et le croupier encaisse immédiatement sa mise.

Lorsqu'il a fait le tour de tous les joueurs, le croupier tire pour lui-même. Lui ne peut prendre aucunes initiatives, il suit rigoureusement la règle écrite sur la table : « la banque tire à 16, reste à 17 ». Ce qui revient à dire que tant qu'il a moins de 17 points, le croupier est obligé de tirer une carte supplémentaire. Par contre, s'il a 17 points ou plus, il lui est interdit de tirer.

Lorsque le croupier a un as parmi ses cartes, il doit le compter pour 11 points si avec cette valeur il atteint 17 ou plus.

La fin de la partie

• Le ou les joueurs qui gagnent d'au moins un point sur le croupier sans dépasser 21 reçoivent l'équivalent de leur mise (paiement à égalité).

• Quand le croupier « saute » (dépasse 21), tous les joueurs qui n'ont pas dépassé 21 sont payés à égalité ; mais tout joueur qui « saute » perd immédiatement sa mise, même si le croupier dépasse lui aussi 21.

• Le croupier ramasse bien sûr les mises des joueurs contre lesquels il gagne.

• Lorsque le croupier et un ou plusieurs joueurs sont à égalité de points, la mise du ou des joueurs est libérée : le joueur en dispose mais ne gagne rien.

• Si un joueur réussit le Black Jack (21 en deux cartes) et que le croupier ne peut le faire, compte tenu de ses deux premières cartes, le joueur est payé dans le rapport 3 pour 2 (par exemple 15 euros pour 10 euros de mise).

• Un Black Jack est plus fort que 21 points réalisés avec plus de dix cartes.

Options du joueurs

A ces règles simples viennent s'ajouter l'« assurance », les paires et la double mise. L'assurance est une mise complémentaire qui permet à chaque joueur de se prémunir contre la réalisation d'un Black Jack par le croupier lorsque la première carte que celui-ci s'est donné est un As. Le joueur qui désire s'assurer place une somme correspondant à la moitié de sa mise sur l'emplacement marqué « l'assurance paie 2 pour 1 ». Si le croupier tire 10 (un dix ou une figure) comme deuxième carte, il fait Black Jack. Il ramasse alors toutes les mises mais doit payer les assurances à raison de 2 francs pour 1 franc. Ainsi le joueur qui s'est assuré n'a rien perdu. Si le croupier ne fait pas Black Jack avec sa deuxième carte, il ramasse les assurances et la partie continue.

Quand un joueur reçoit deux cartes de même valeur, il peut demander à les séparer. Les jeux sont alors traités séparément. Au préalable, il devra déposer l'équivalent de sa mise initiale devant son nouveau jeu. En cas de victoire, il ne sera payé qu'à égalité.

La double mise, quant à elle, fait brusquement monter le suspense autour de la table. Un joueur peut doubler sa mise si la somme des points de ses deux premières cartes est 9, 10 ou 11. En contrepartie, il n'aura droit qu'à une seule carte supplémentaire. Le croupier la disposera en travers des cartes précédentes pour le signaler, si toutefois le joueur la demande.

En savoir plus sur les options du joueur.

Le Blackjack mérite bien son appellation de jeu de semi-hasard. Les deux premières cartes sont en effet le fruit du plus pur hasard, mais la suite du jeu dépend partiellement du comportement du joueur et du calcul du risque qu'il prend s'il demande une carte alors qu'il a dépassé 11. Le joueur qui, systématiquement, ne tire pas à 12 ou 13 est condamné par excès de prudence. Le croupier est en effet contraint de tirer à 16. Le croupier gagnera à chaque fois qu'il réalisera entre 17 et 21 et perdra en sautant 21.

L'expérience montre que le croupier ne sautera en moyenne que 28 fois sur 100. Mais, d'autre part, le joueur perd s'il saute, même si le banquier fait de même. Ce qui doit inciter le ponte à une certaine prudence. En fin de compte, comme toujours, le jeu promet de substantiels gains à la banque. Aussi le joueur doit-il s'enhardir à toujours demander une carte à 12 et souvent plus.

Scroll to Top